Les abeilles hygiéniques captent mieux le “signal de mort”

      Commentaires fermés sur Les abeilles hygiéniques captent mieux le “signal de mort”

Comme chacun sait, les abeilles mellifères pratiquent la nécrophorèse (comportement hygiénique qui consiste à supprimer les cadavres de la colonie). Les ouvrières hygiéniques identifient et retirent larves et nymphes malades, mortes et parasitées. En résumé, cela constitue une défense contre les principales maladies (couvain plâtré, loque et Varroa destructor) en évitant à la colonie de développer les symptômes cliniques des maladies. Des biochimistes canadiens viennent de rendre publique une découverte (1) concernant deux phéromones connues qui, conjointement, peuvent induire un comportement hygiénique efficace. La phéromone larvaire (E) -β-ocimène, diffusée par le couvain, permet de réguler les activités de butinage des ouvrières (en suscitant le passage du stade de nourrice à celui de butineuse) et renseigne la colonie sur la densité de couvain (2). Chez tous les insectes, l’acide oléique et l’acide linoléique, présents dans les corps gras, sont les premières à se détériorer en phase de maladie grave ou de mort. L’acide oléique est un signal de mort qui déclenche l’élimination. On parle de nécromones. Ces phéromones sont identifiées plus rapidement par les abeilles hygiéniques que par les abeilles qui n’ont pas développé ce comportement. Est-ce parce que leurs sens sont affinés au point de détecter les odeurs à travers la cire d’opercule ? Tout un mécanisme moléculaire entre en jeu dans le comportement hygiénique, phénomène complexe qui n’a pas encore révélé toute sa nature même s’il est étudié depuis les années 60. Les chercheurs canadiens pensent que cette aptitude à identifier le « signal de mort », produit conjointement par le β-ocimène et l’acide oléique, est conservée de façon évolutive chez les abeilles. Une avancée des connaissances à confirmer.

(1) McAfee, A., Chapman, A., Iovinella, I., Gallagher-Kurtzke, Y., Collins, T. F., Higo, H., … & Foster, L. J. (2018). A death pheromone, oleic acid, triggers hygienic behavior in honey bees (Apis mellifera L.). Scientific reports, 8(1), 5719.

(2) Ma, R., Mueller, U. G., & Rangel, J. (2016). Assessing the role of β-ocimene in regulating foraging behavior of the honey bee, Apis mellifera.Apidologie47(1), 135-144.

 

EnregistrerEnregistrer