Environnement, animaux, humains: une même santé

      Commentaires fermés sur Environnement, animaux, humains: une même santé

Depuis le début des années 2000, une approche systémique de la santé tend à considérer la santé humaine, la santé animale et la santé environnementale comme un ensemble. Il s’agit du mouvement “One Health”.

Certains animaux comme les abeilles sont au coeur de ce système et participent à la détection de problèmes de santé. C’est ainsi que les abeilles sont les témoins de la santé d’un écosystème.

One Health intégrant la problématique des produits vétérinaires – source: Mahefarisoa, K. L. et al.

Certains apiculteurs ont constaté des intoxications de colonies situées à proximité des élevages ovins et bovins. Cela a été le cas en particulier dans les Pyrénées en 2014. Cela a naturellement conduit à suspecter les produits utilisés en élevage, médicaments vétérinaires et biocides, en particulier les produits anti-parasitaires. La suspicion a été confirmée par des analyses en laboratoire. Dans une étude qui vient de paraître, une équipe de chercheurs (K.L.Mahefarisoa, N.Simon Delso, V.Zaninotto, M.E.Colin et J.M.Bonmatin) parmi lesquels Noa Simon-Delso de BeeLife, notre ex-collègue au CARI, se sont penchés sur la question des produits à usage vétérinaire et de leur impact sur les pollinisateurs. Ils ont proposé des études de cas pour certaines molécules utilisées dans le contexte vétérinaire et en usage “multi-substances”: l’ivermectine et l’abamectine, la deltaméthrine et la perméthrine (principes actifs à usage polyvalent).

Devenir environnemental des produits de médecine vétérinaire et des biocides qui peuvent atteindre les pollinisateurs – source: Mahefarisoa, K. L. et al.

Les chercheurs mettent en évidence la réalité d’une toxicité “silencieuse”, assez méconnue et minimisée. Ils proposent une nouvelle méthodologie d’évaluation des risques améliorant les prises en considération de la toxicité et de l’évaluation des risques. Cette amélioration intègre plus de paramètres comme l’exposition par la poussière, la guttation, l’eau et les cultures qui suivent celles qui ont subi un traitement. Cette amélioration vise aussi à étendre l’évaluation de l’impact des molécules en prenant en considération la toxicité aiguë, chronique, létale et sublétale sur les abeilles adultes et les larves.

Cette publication marque une avancée dans les connaissances et laisse espérer un affinage des méthodes appliquées à l’autorisation de mise sur le marché des biocides.

Références: Mahefarisoa, K. L., Delso, N. S., Zaninotto, V., Colin, M. E., & Bonmatin, J. M. (2021). The threat of veterinary medicinal products and biocides on pollinators: A One Health perspective. One Health, 100237.

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2352771421000276