Intensification écologique

agriculture-ecologiquement-intensive_lightboxL’intensification écologique est un concept visant à améliorer le rendement des cultures agricoles grâce à l’amélioration de la biodiversité. C’est une solution qui vise à réconcilier les nécessités de l’approvisionnement alimentaire (en demande croissante) et le respect de la vie, en particulier celle des pollinisateurs. Des études ont été conduites dans ce sens depuis quelques années.

L’idée est de mettre en place des protocoles destinés à compenser la pression liée aux activités humaines par l’aménagement d’un écosystème favorable au développement des pollinisateurs et par la modification des pratiques agricoles. Pour être efficace, le système exige une excellente compréhension des relations entre l’utilisation des terres agricoles à plusieurs échelles d’exploitation et les conséquences sur les organismes vivant au-dessus et en dessous du sol. En ce moment, la recherche travaille sur les solutions consistant à intégrer les services écosystémiques dans les systèmes de production agricole.

Selon des données collectées par la FAO, les cultures avec la dépendance la plus forte à l’égard des pollinisateurs sont les cultures qui ont un rendement relatif et une croissance des rendements parmi les plus faibles malgré l’augmentation des rendements globaux pour la plupart des cultures. Ce fait a été compensé par une augmentation des surfaces cultivées. Autrement dit, pour faire simple, sans un respect des pollinisateurs et malgré une augmentation des surfaces cultivées, plus on cultive et moins on produit dans ce contexte. Une étude de grande envergure publiée dans la revue Science le 22 janvier 2016 confirme ce fait. Les variations dans les rendements agricoles sont expliquées par un certain nombre de critères parmi lesquels la densité des semis, la lutte contre les ravageurs, l’alimentation en eau, la densité des insectes pollinisateurs présents, la diversité des populations de pollinisateurs et la taille des parcelles cultivées. Les variations de ces trois derniers critères sont celles qui expliquent les variations de rendement agricole.

Même si l’expression « agriculture intensivement écologique » peut être perçue comme une sorte de paradoxe, il n’en demeure pas moins qu’elle sous-entend une prise en compte des services écosystémiques dans les calculs économiques. Intégrer la nature comme partenaire dans un système de production agricole:  progrès ou utopie?

Références:

Garibaldi, L. A., Aizen, M. A., Klein, A. M., Cunningham, S. A., & Harder, L. D. (2011). Global growth and stability of agricultural yield decrease with pollinator dependence. Proceedings of the National Academy of Sciences, 108(14), 5909-5914.

Sylvie Bonny. L’intensification écologique de l’agriculture : voies et défis. Montpellier, France. Cirad-Inra-SupAgro, 11 p., 2010. <hal-00522107v2>

La nature comme modèle. Pour une intensification écologique de l’agriculture. Paris, CIRAD, 16 p. CIRAD, 2010b.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.