Attention, fluméthrine!

      Commentaires fermés sur Attention, fluméthrine!

La fluméthrine est un insecticide pyréthroïde liposoluble utilisé dans la lutte contre les ectoparasites chez les bovins, les ovins, les caprins, les chevaux et les chiens. Il est également commercialisé pour le contrôle de la varroase dans les ruches. Dans ce contexte, et à titre informatif, il s’agit de la substance active de produits commercialisés par Bayer : Bayvarol® et PolyVar® Yellow. Depuis de nombreuses années, des voix s’élèvent pour mettre en garde les apiculteurs au sujet de résidus de fluméthrine (et d’autres molécules chimiques) dans la cire (cf. exemples dans la bibliographie ci-dessous). La récente publication de Noémie ElAgrebi et al. présente une étude de cas réalisée en Belgique.

Étude de cas belge sur les résidus de fluméthrine dans la cire d’abeille

Les chercheurs ont prélevé aléatoirement des échantillons de 20 g de cire dans des cadres de couvain dans 124 ruchers répartis uniformément sur le territoire belge. Les prélèvements ont été réalisés durant la saison apicole 2016 entre mai et octobre. Les colonies échantillonnées offraient une apparente bonne santé.

Répartition des ruchers échantillonnés – Ronds vides = pas de fluméthrine – Ronds pleins = fluméthrine détectée

La présence de résidus de fluméthrine dans la cire a été analysée par le laboratoire d’essais GRIPA (Beaucouzé, France) selon la méthode européenne NF EN 15662 (CEN, 2008).

Les apiculteurs dont les ruchers ont été échantillonnés ont également rempli un questionnaire où ils ont recensé leurs pertes de colonies. L’ensemble des données pondérées a été soumis à un savant calcul de quotient de risques et d’analyses statistiques. Les chercheurs ont ainsi pu déterminer le taux de prévalence et la concentration des résidus de fluméthrine (μg /kg) dans les échantillons de cire.

Légende du tableau: Np= nombre de positifs; Nn=nombre de négatif; QG= quotient de risques; PHQ= quotient pondéré de risque; NA= non applicable.

Les chercheurs ne peuvent pas « identifier les résidus de fluméthrine dans la cire d’abeille à eux seuls comme un facteur de risque de mortalité des abeilles, mais il pourrait s’agir d’un facteur associé à d’autres pesticides tels que les fongicides. »

Concentration moyenne de fluméthrine (μg /kg) / Mortalité moyenne (%) dans chaque province belge

Selon Noémie ElAgrebi et al., « il est important de prendre en compte le risque que représentent les pesticides pour la santé de l’abeille domestique et pour la santé humaine. Les résidus de fluméthrine dans la cire d’abeille et dans le miel ne semblent pas présenter de risque pour la santé humaine, mais bien pour la santé des abeilles. »

Que peut-on recommander?

On ne peut que recommander de prendre quelques précautions. Certains rappels s’imposent :

1/ Il existe des risques avérés liés à la fluméthrine. Gare aux expositions prolongées des abeilles et à la période de traitement

2/ Il est important d’avoir une bonne gestion des cires. Le Guide des bonnes pratiques apicoles conseille un renouvellement de 20% au minimum des cadres tous les ans. Notre ActuApi n°56 préconise le renouvellement d’1/3 des cadres par an. 

3/ Noémie ElAgrebi et al. recommandent une « exclusion des cadres en contact avec le produit ». Cela ne saurait concerner le PolyVar® Yellow qui diffuse le produit via la grille d’entrée dans la ruche. Rappelons le principe: les abeilles qui franchissent la grille se couvrent d’une nano-poudre chargée de fluméthrine, difficilement détectable à une échelle standard puisqu’elle se mesure en nanogrammes (ng) et pas en microgramme (μg). Les abeilles répandent cette poudre dans la ruche par contact avec les autres abeilles. Pour plus d’info sur la réalité du PolyVar® Yellow, lire l’article que nous avons publié à l’occasion de sa commercialisation.

A signaler pour compléter…

1/ Evénement à venir:

Noémie ElAgrebi sera l’une des intervenante de la Journée Nord-Sud 2019 consacrée à la cire qui aura lieu le 01/12/2019 à Louvain-la-Neuve. L’événement est co-organisé par le CARI et Miel Maya Honing.

2/ Projet en cours en France:

Références bibliographiques

Bogdanov, S., Kilchenmann, V., & Imdorf, A. (1997). Acaricide residues in beeswax and honey. In Bee Products (pp. 239-246). Springer, Boston, MA.

El Agrebi, N., Wilmart, O., Urbain, B., Danneels, E. L., de Graaf, D. C., & Saegerman, C. (2019). Belgian case study on flumethrin residues in beeswax: Possible impact on honeybee and prediction of the maximum daily intake for consumersScience of the total environment687, 712-719.

Menkissoglu-Spiroudi, U., Tsigouri, A. D., Diamantidis, G. C., & Thrasyvoulou, A. T. (2001). Residues in honey and beeswax caused by beekeeping treatments. Fresenius Environmental Bulletin10(5), 445-450.

Wallner, K. (1999). Varroacides and their residues in bee productsApidologie30(2-3), 235-248.