Les atouts d’un service de pollinisation diversifié

©entomart

Osmie – ©entomart

La pollinisation par les insectes est un service écosystémique de première importance en agriculture. Une étude récemment publiée montre l’impact de différents types d’insectes sur la pollinisation des pommiers au Royaume Uni. Si les abeilles mellifères sont largement utilisées pour la pollinisation dans les vergers pour améliorer la productivité, d’autres insectes sauvages interviennent également dans la pollinisation comme les osmies (Osmia spp.), les andrènes (Andrena spp.) et les bourdons (Bombus spp.). L’étude analyse l’importance relative de quatre types de pollinisateurs : abeilles mellifères, bourdons, abeilles sauvages et syrphes. L’efficacité de la pollinisation a été étudiée sur quatre espèces de pommes parmi les plus largement produites: Cox, Gala, Bramley et Braeburn. Selon les résultats de cette étude, les abeilles solitaires contribuent pour plus de 50% au service de pollinisation des pommes Cox, Gala et Bramley. Les bourdons sont responsables de 38% de la pollinisation des pommes Braeburn et interviennent pour moins de 21% dans la pollinisation des trois autres variétés. Les abeilles mellifères interviennent pour 23 à 28% dans la pollinisation des quatre variétés confondues. En queue de peloton, les syrphes sont peu présents. Ils contribuent à seulement 3% de la pollinisation des variétés de pommes concernées. Selon les résultats de cette étude, on peut dire que les abeilles solitaires sont présentes dans tous les vergers observés sans exception à la différence des abeilles mellifères et des bourdons dont la présence peut varier considérablement en fonction de la variété et des vergers. Cela pourrait s’expliquer par la variation de l’offre en pollen et nectar. Il semble que la préservation de tous les pollinisateurs sauvages associée aux services de pollinisation par les abeilles mellifères pourrait être une solution pour améliorer la production de pommes.

Selon l’étude, la majorité du service de pollinisation des pommes au Royaume-Uni est actuellement fourni par les pollinisateurs sauvages (70,7 Milliards de £ contre 21,4 Milliards de £ pour les abeilles mellifères). A elles seules, les abeilles solitaires représentent une contribution de 51,4 Milliards de £. Ceci s’explique par leur capacité à polliniser les fleurs de pommiers efficacement et par la fréquence de visite des fleurs. Pour pérenniser et améliorer la production de pommes, il est nécessaire de se tourner vers une gestion différenciée des vergers, dans le respect des besoins des pollinisateurs sauvages en particulier : jachères fleuries dans les vergers, préservation des habitats naturels (forestiers par exemple) pour améliorer la qualité des ressources nécessaires aux pollinisateurs sauvages en terme de nourriture et de nidification. Cela permettrait aussi de rassurer les apiculteurs qui accepteraient plus facilement de prendre part aux services de pollinisation. Ces mesures pourraient être un moyen efficace pour stimuler le service de pollinisation à long terme. Selon les chercheurs, la présence de pollinisateurs diversifiés, sauvages et élevés, permettrait d’assurer une pérennisation des services dans la complémentarité et en dépit des variations des ressources. On parle donc bien ici de complémentarité et pas de compétition.

Nombre de visites observées sur les fleurs de différentes variétés de pommes par différents taxons de pollinisateurs

Nombre de visites observées sur les fleurs de différentes variétés de pommes par différents taxons de pollinisateurs

Services de pollinisation estimés et avantages économiques pour chaque variété de pommes par les quatre types de pollinisateurs sur base des taux et l'efficacité après 3 visites

Services de pollinisation estimés et avantages économiques pour chaque variété de pommes par les quatre types de pollinisateurs sur base des taux et l’efficacité après 3 visites

Référence: Garratt MPD, Breeze TD, Boreux V, Fountain MT, McKerchar M, Webber SM, et al. (2016) Apple Pollination: Demand Depends on Variety and Supply Depends on Pollinator Identity. PLoS ONE 11(5): e0153889. doi:10.1371/journal.pone.0153889

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.