Victimes des gyrobroyeurs

      Commentaires fermés sur Victimes des gyrobroyeurs

De nombreux insectes sont victimes des actions mécaniques d’un gyrobroyeur, outil servant à couper et broyer le couvert végétal.

Parmi les victimes, citons les abeilles sauvages et mellifères ainsi que d’autres pollinisateurs et une entomofaune auxiliaire. On peut ajouter à ce tableau les amphibiens et reptiles, les petits mammifères et les oiseaux nichant au sol.

Comment imaginer qu’entre 9 000 et 90 000 abeilles à l’hectare puissent disparaître dans le sillage d’un broyeur à fléaux ou d’une faucheuse rotative? C’est bien le cas.

Des solutions existent pour préserver la biodiversité des surfaces cultivées. L’utilisation d’une faucheuse à barre de coupe est moins dommageable. La fauche peut être échelonnée dans le temps pour préserver des zones refuges. Un sens de la fauche est également important pour permettre une fuite aux animaux qui le peuvent (cela exclut naturellement les jeunes animaux ou les animaux au stade larvaire ainsi que ceux qui ne sont pas assez rapides.) Une hauteur de coupe d’une dizaine de centimètres peut épargner les insectes et autres animaux au sol. La fauche tardive ou précoce le matin évite un carnage chez les pollinisateurs mais peut être dramatique pour les hérissons et autres animaux nocturnes. Malgré cette batterie de solutions, il semble difficile de combiner la production agricole moderne ( basée sur la vitesse et l’efficacité) et l’accueil de la faune en zone de culture.

 

Source: Techniques de récolte des prairies et diversité des espèces – Editions Agridea