Un autre danger pour les abeilles: le diesel

Pot_d'échappementLes composés organiques volatils d’origine florale sont dégradés par les gaz d’échappement diesel. C’est ce que révèle une récente étude. En quoi cela concerne-t-il les abeilles ? Cela peut tout simplement affecter les interactions entre les plantes et les pollinisateurs. En effet, les composés organiques volatils dégagés par les plantes assurent leur défense contre les herbivores mais se chargent aussi de leur reproduction en envoyant dans l’air des signaux attractifs à destination des pollinisateurs. En exposant les principaux composés organiques volatils connus (myrcène, β-ocimène, limonène, salicylate de méthyle, β-caryophyllène, etc.) à l’échappement de diesel, les scientifiques ont remarqué que le myrcène a été fortement réduit, le β-ocimène est devenu indétectable et le β-caryophyllène a été profondément modifié. Il semble que ces altérations soient susceptibles de modifier la reconnaissance des ressources butinables par les abeilles. Cela semble confirmer l’hypothèse de Mc Frederick et al.* selon laquelle les pollinisateurs dans les zones polluées pourraient avoir besoin de passer plus de temps à chercher leurs ressources alimentaires, entraînant une baisse de leur condition physique et une baisse du taux de pollinisation. Ce point reste à être exploré plus en détail.

diesel

* McFrederick et al QS, Kathilankal JC, Fuentes JD (2008) Air pollution modifies floral scent trails. Atmos Environ 42:2336–2348

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *