Glyphosate, non merci!

      Un commentaire sur Glyphosate, non merci!

Le glyphosate est au cœur des débats européens puisqu’il est question de renouveler l’autorisation du désherbant jusqu’en 2031. Les associations se sont mobilisées, parmi lesquelles des apiculteurs.

© Dieter Telemans

© Dieter Telemans

© Dieter Telemans

© Dieter Telemans

© Dieter Telemans

© Dieter Telemans

© Dieter Telemans

© Dieter Telemans

© Dieter Telemans

© Dieter Telemans

© Dieter Telemans

© Dieter Telemans

Une pétition de 180 000 signatures a été remise lundi 7 mars à la Commission européenne (DG Santé). La Belgique (plus exactement le Ministre de l’Agriculture Willy Borsus en concertation avec la Ministre de la Santé publique Maggie De Block) s’est déclarée favorable au renouvellement de l’autorisation sur base de l’avis du SPF Santé publique.

Qu’est-ce que le glyphosate ?

Le glyphosate est une substance chimique utilisée dans la composition de désherbants non sélectifs qui agissent sur toute la plante et sont absorbés par les feuilles. Le brevet, initialement détenu par Monsanto, est tombé dans le domaine public en 2000. Outre le désherbant le plus vendu dans le monde, le Roundup, de nombreux produits en contiennent aujourd’hui.

Pour rendre la molécule efficace et adhérente aux feuilles de la plante, on l’utilise accompagné d’un agent tensioactif ou agent de surface (le polyoxyéthylène amine par exemple) dont la toxicité a été reconnue.

Le glyphosate est soluble dans l’eau avec toutes les conséquences que l’on peut imaginer sur les nappes phréatiques du fait de son usage massif, en particulier en agriculture (mais pas seulement puisque les jardiniers s’en servent aussi très facilement). On l’utilise en particulier sur le blé, l’orge, le colza, le soja, la moutarde mais aussi sur les cultures maraîchères et en sylviculture. En dehors de l’Union européenne, il est même utilisé pour désherber les plans d’eau. Inutile de dire que le glyphosate est largement utilisé sur les cultures OGM, prévues pour résister à ce désherbant. Les plantes adventices commencent quant à elles à résister à la molécule* ce qui réduit son efficacité. L’amarante et la coca, en particulier, deviennent le symbole de la résistance au glyphosate.

Pourquoi ne faut-il plus utiliser le glyphosate?

Le glyphosate pose des problèmes de rendements  agricoles lorsque l’herbicide est utilisé massivement (phénomène de résistances).

Le glyphosate est déclaré cancérogène par les scientifiques.

Le glyphosate est responsable d’antibiorésistance.

Rien n’est encore joué: une pétition circule pour vous exprimer.

*Gaines, T. a, Zhang, W., Wang, D., Bukun, B., Chisholm, S. T., Shaner, D. L., … Westra, P. (2010). Gene amplification confers glyphosate resistance in Amaranthus palmeri. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 107(3), 1029–34. doi:10.1073/pnas.0906649107.

 

One thought on “Glyphosate, non merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *